le 15 décembre : grève dans l’Education Nationale et manifestation à Metz à 14H30

, par Udfo57

Un décret du Ministre de l’Education Nationale met le feu aux poudres !

Riposte unitaire : la grève pour le retrait du décret à l’appel de toutes les organisations syndicales des premier et second degrés !

Apparemment impossible à réaliser au niveau interprofessionnel, la grève a été décidée par toutes les organisations d’enseignants, cfdt et unsa comprises, avec un mot d’ordre clair : le retrait !

Jeudi 15 décembre, forts de leur audience renforcée à l’issue des élections professionnelles, les syndicats FO, snudi (écoles primaires), snlc (lycées et collèges) et snetaa (lycées professionnels) prendront toute leur place dans la mobilisation et dans la manifestation à Metz à 14h30.

Agression de Luc Chatel contre les enseignants !

Dans la logique de la privatisation qu’il poursuit à l’Éducation nationale depuis sa nomination il y a trois ans, l’ancien DRH de L’Oréal, le ministre Luc Chatel, essaie d’imposer un décret qui bouleverse complètement les règles de la notation des enseignants.

Aujourd’hui, chaque étape de la notation est contrôlée par les représentants des personnels, les commissaires paritaires, en CAP, présidées par le Recteur. Le fonctionnaire qui s’estime lésé peut faire appel de sa notation selon des procédures codifiées. C’est une garantie contre l’arbitraire !

A l’inverse, le projet Chatel prévoit une notation interne à l’établissement et des réductions d’ancienneté attribuées par le seul chef d’établissement investi ainsi d’un pouvoir considérable. Chaque agent devrait subir tous les trois ans un entretien professionnel donnant lieu à un rapport écrit. Il devrait le préparer par un « rapport d’autoévaluation », donc se livrer à une « autocritique », aussi culpabilisante que dégradante de sa pratique professionnelle, dans un contexte de suppressions de postes et de contre-réformes qui rendent déjà la situation insupportable.

Dans cette évaluation, la capacité à transmettre les connaissances devient un critère totalement secondaire. C’est la voie ouverte à toutes les dérives : pressions permanentes, mise en concurrence des personnels, ambiance détestable garantie !...

Ce projet ministériel s’inspire directement des méthodes de management en vigueur à France Télécom avec les conséquences que l’on connait.