Pour l’arrêt immédiat des restructurations dans les Hôpitaux de Moselle-Est

, par Udfo57

Les syndicats FO, CGT, CFDT, CFTC, SUD et CGC organisaient jeudi soir, 29 novembre, une réunion publique pour engager la nécessaire mobilisation pour combattre le démantèlement des hôpitaux du secteur de Moselle-Est.

Avec plus de 300 participants à la salle des fêtes de Forbach, les personnels hospitaliers et la population ont montré leur détermination à conserver leurs hôpitaux, à lutter contre la désertification médicale et à préserver les emplois.

Cette initiative, qui fait suite à un premier rassemblement de militants devant la Préfecture de Metz au mois d’octobre, s’appuie sur un courrier adressé à la ministre de la Santé par l’intersyndicale qui exige une rupture avec la loi Hôpital patient Santé Territoire, le système actuel de financement des hôpitaux qui les conduit a des déficits inévitables, et l’arrêt des restructurations hospitalières.

Pour l’Union départementale FO Moselle, il va falloir enfoncer le clou, et, comme pour Arcelor, exiger l’intervention immédiate de l’État.

Si elle se félicite de la réussite de cette première initiative, l’Union départementale FO Moselle qui était présente a émis des réserves sur la position des certaines organisations syndicales, position qui a été présentée comme celle de l’intersyndicale, qui considèrent que la seule solution pour conserver une offre de soins de qualité et de proximité dans le Bassin houiller consiste à mettre en place un plateau technique unique (PTU) ; ce que relève la presse du jour.

Si dans l’absolu la mise en oeuvre de ce PTU peut-être une solution (et pourquoi pas ?!), il est incontestable aujourd’hui qu’il ne peut y avoir de réorganisation de l’offre de soins sur le bassin houiller qui puisse satisfaire les besoins de la population, ou même un arrêt des restructurations comme le demande l’intersyndicale, sans un combat véritable pour l’abrogation de la loi HPST et de la tarification à l’activité qui détruit tous les établissements hospitaliers.

Ces questions sont intimement liées, car de fait il ne peut y avoir de solutions dans un contexte d’austérité budgétaire qui découle des politiques menées encore aujourd’hui par le gouvernement ; comme en atteste l’adoption du traité européen (le TSCG), les mesures drastiques de réduction des dépenses publiques programmées dans les projets de loi des finances et de financement de la sécurité sociale.

Pour FO, ne pas voir cela c’est s’aveugler. Alors pour FO Moselle, il revient au gouvernement et aux élus de prendre leurs responsabilités et de répondre aux exigences des organisations syndicales et de la population ; exigences reprises dans la lettre adressée à la ministre et qui doivent être le socle commun de la résistance et du combat.

C’est en substance ce qu’a expliqué le secrétaire général de l’UD FO à l’occasion de cette réunion publique.

L’Union départementale FO Moselle apporte donc son soutien aux revendications suivantes qui constituent un tout indissociable :

- arrêt immédiat de toutes les restructurations hospitalières ;
- abrogation de la loi HPST et abandon de la tarification à l’activité ;
- garantie et amélioration de l’offre de soins (avec ou sans PTU) ;
- maintien de tous les emplois, des droits et des garanties des personnels.

Par ailleurs, l’Union départementale soutient l’appel des syndicats FO des hôpitaux de Sarreguemines à manifester à Sarreguemines samedi 1er décembre contre les suppressions d’emplois programmées à l’Hôpital PAX. L’UD sera présente et appelle les travailleurs et ses syndicats à venir nombreux.

Rendez-vous à 14 heures devant la gare de Sarreguemines