FO 57 dénonce la liquidation des hauts fourneaux, et exige de l’État qu’il prenne ses responsabilités !

, par Udfo57

Sans surprise, la direction d’ArcelorMittal a annoncé en Comité central d’entreprise la fermeture immédiate et définitive des hauts fourneaux de Florange.

L’Union départementale FO Moselle condamne cette décision du groupe Mittal, mais plus encore considère que c’est l’État qui porte la responsabilité de cette situation, aussi bien le gouvernement de droite précédent que l’actuel gouvernement de gauche.

FO Moselle considère, pour autant, qu’il n’est pas trop tard : les tergiversations et les discours lénifiants du gouvernement et des élus ont suffisamment duré !

Comme toutes les études le démontrent, le site de Florange est viable et rentable. Il revient à l’État de tirer les conséquences du refus de Mittal et de reprendre l’exploitation de la totalité du site : nationalisation de l’ensemble de l’usine de Florange, non au dépeçage du site.

Les annonces faites en CCE :

- fermeture immédiate des hauts fourneaux ;
- démenti concernant l’annonce du ministre du redressement productif à propos prétendu investissement de 150 millions d’euros dans la filière froide ;
- la survie du packaging n’est pas garantie.
- discussion du PSE à partir du 16 ou du 17 octobre.

D’après le syndicat FO d’ArcelorMittal, seuls 800 emplois sur les 2800 pourraient être préservés.

Pour l’Union départementale FO Moselle c’est inacceptable.

La revendication de la nationalisation est aujourd’hui, comme hier, incontournable.

L’État est seul en capacité de garantir non seulement la production et l’exploitation de l’acier, mais aussi de garantir les emplois sur places. Le gouvernement peut légiférer rapidement, il doit le faire sans attendre ; faute de quoi, il se rendrait complice de la stratégie destructrice de Mittal !