<Font color="#CCCC33">Éditorial du Combat social de décembre 2016 : journal mensuel de l’Union départementale FO de Moselle.

, par Udfo57

Ne comptons que sur nous, notre force militante et notre détermination !

La campagne pour les élections présidentielles bat déjà son plein. Après la primaire de droite, c’est celle de la « belle alliance populaire » qui tient désormais l’affiche médiatique.

Fidèle aux principes et aux statuts de notre organisation syndicale, Jean-Claude Mailly a annoncé, après la décision du Comité Confédéral National, que Force Ouvrière ne donnera, comme d’habitude, aucune consigne de vote ni au premier tour de l’élection, ni au second tour. Le syndicat ne se place pas en directeur de conscience des adhérents et de la classe ouvrière.

Indépendance ne signifie pas pour autant neutralité ou indifférence. Nous regardons en effet avec attention les propositions des uns et des autres en matière économique et sociale, voire syndicale (puisque certains veulent s’occuper du sort, ou régler le sort, des organisations syndicales) et nous les confrontons à nos analyses, positions et revendications qui, elles, ne changent pas quelle que soit, ou sera, la majorité au pouvoir.

Même si on est en période de campagne et que la surenchère paraît inévitable, les annonces et les amorces de programmes nous laissent craindre le pire, tant il est évident que les politiques d’austérité, de remise en cause de la protection sociale et de notre modèle social menées depuis la crise de 2008 restent le fil conducteur de la plupart des candidats.

Personne à l’évidence ne semble tirer les leçons du mécontentement des salariés et du rejet profond qui s’est exprimé en France pendant de nombreuses années - puisqu’il ne faut pas les réduire aux mobilisations extrêmement importantes de l’année 2016 - mais aussi des quelques revers électoraux subis par tous en Europe, dont le référendum en Italie ou le Brexit.

En tant qu’organisation syndicale indépendante, nous ne nous plaçons pas bien entendu sur ce terrain électoral. Mais nous savons que face à ce qui se prépare encore contre le Code du travail, la Sécurité sociale, les retraites, nous ne pourrons compter que sur nous ; sur la détermination des militantes et militants et plus généralement des travailleurs.

Ces dernières semaines les agents des finances publiques se sont mobilisés, les hospitaliers ont réagi massivement dans toute la France aux conséquences désastreuses de la loi Touraine. La loi Travail va entrer en application partout : les mobilisations vont donc continuer dans de nombreux secteurs et entreprises, c’est inévitable.

Ne nous revient-il pas alors de prendre l’initiative de mobiliser largement les travailleurs, en dehors de toutes les échéances électorales mais sans les attendre non plus ; et le plus tôt sera le mieux !