Derniers articles

  • L’assemblée nationale s’attaque à la Sécu de 1945 ! Lire la suite…

    La commission des lois de l’Assemblée nationale vient de voter un amendement de la majorité présidentielle pour changer l’appellation de « Sécurité sociale » en « Protection sociale » dans la Constitution. Aux motifs que les problèmes d’aujourd’hui ne sont pas ceux d’hier, que la prise en charge de la dépendance nécessite cette modification, que les « dépenses sociales » ne doivent plus être là pour sécuriser des parcours de vie mais pour protéger des risques de l’existence.

    Pourtant, il y a près de 73 ans, l’ordonnance du 4 octobre 1945 posait les fondements de la Sécurité sociale pour protéger "les travailleurs et leurs familles" contre les aléas de la vie. Alors pourquoi vouloir changer un mot, si ce n’est pour changer tout un modèle et mettre fin aux principes fondateurs de la Sécu ?

    « Défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la résistance » expliquait Denis Kessler du Medef en 2007 : voilà l’inspiration libérale et destructrice du gouvernement Macron/Philippe !

    Lien vers l’article de la Confédération FO

    La réaction de Pascal PAVAGEAU, secrétaire général de FO.

  • 300 militants au Rassemblement pour la reconquête sociale à Metz du 28 juin : Lire la suite…

    Plus de 300 militants FO, CGT, Solidaires et des organisations de jeunesse se sont rassemblés pendant trois heures place de la Gare à Metz.

    Le rassemblement a débuté par un meeting public et des prises de parole des organisations syndicales : l’Union départementale FO Moselle, l’Union départementale CGT Moselle, Solidaires Moselle, les organisations de jeunesse, FO Hospitaliers, CGT Énergie, FO retraités Moselle, et enfin l’intersyndicale des cheminots.

    Le meeting s’est conclu par un concert militant avec la Fanfare Couche Tard !

    Extraits de l’intervention d’Alexandre Tott, secrétaire général de FO Moselle :

L'édito

Pascal Pavageau

Pascal Pavageau : « Déforme constitutionnelle »

Encore une fois, la méthode employée dans le cadre de la réforme constitutionnelle où les organisations syndicales n'ont été nullement consultées, démontre une conception bien particulière du dialogue social : « je marche seul », qu'importe finalement ce que peuvent en penser les intéressés.

- Éditoriaux du Secrétaire général de FO
Lire la suite…

Dossier d'actualité

Nos permanences

Vous êtes salariés du secteur privé ou fonctionnaires, vous avez des questions sur vos droits, vous voulez les défendre et les faire respecter. Des élections professionnelles sont organisées prochainement dans votre entreprise, ou vous voulez constituer une section syndicale avec d’autres de vos collègues ;

Vous pouvez contacter et rencontrer tous les jours des responsables et des militants FO à l’Union départementale à METZ.

Mais des permanences sont également organisées dans nos Unions locales (UL) à THIONVILLE, SAINT-AVOLD, FORBACH, SARREGUEMINES et SARREBOURG.

Tout le dossier

Dossier d'actualité

Les conseillers du salariés FO

Le conseiller du salarié est appelé à intervenir pour assister les salariés à l’occasion d’un entretien préalable dans une procédure de licenciement, dans toutes les entreprises dépourvues de représentants du personnel (délégués du personnel, élus CE ou délégués syndicaux).

Tout le dossier

Dossier d'actualité

Les conseillers prud’homaux FO

Le conseil de prud’hommes est "un tribunal" chargé de trancher les litiges, nés de l’exécution (ou de la rupture) du contrat de travail, entre les salariés et leurs employeurs. Il est composé paritairement de représentants des salariés et de représentants des employeurs désignés tous les quatre ans.

En Moselle, il ne reste que trois Conseils de prud’hommes : à Metz, Thionville et Forbach. Ceux de Sarreguemines et Sarrebourg ayant été supprimés par le gouvernement dans le cadre de la réforme de la carte judiciaire de 2008 ; cette réforme est une des composantes de la remise en cause des services publics menée par le gouvernement au travers de la révision générale des politiques publiques (dont un des aspects aura été la suppression de 500.000 emplois de fonctionnaires de 2007 à 2013). Cette remise en cause des services publics a été suivie depuis par tous les gouvernements successifs, sans exception !

Auparavant élu(e)s, les conseiller(e)s prud’hommes sont désormais désigné(e)s par les organisations syndicales en fonction de leur représentativité syndicale dans les entreprises du secteur privé (élections régionales dans les très petites entreprises de moins de onze salariés, élections des représentants du personnel dans les entreprises de plus onze salariés, élections dans les chambres d’agriculture).

L’Union départementale FO de Moselle a désigné 15 conseillers prud’hommes : 8 à Metz, 4 à Forbach et 3 à Thionville.

Tout le dossier